Sur la piste des marchands d'esclaves

En 1972, dans le cadre de la coopération, Max a profité de sa mission en Afrique pour réaliser quelques safaris photos.
La première expédition l'a entraîné sur la "Piste des Esclaves" de Bangui à Bangassou. Cette piste a été abandonnée dans les années 60. Suivez-le dans ses traces…




"Rencontre avec des pygmées en pleine forêt équatoriale. Une visite de leur campement s'impose."


"L'ambiance est chaude, humide et très enfumée, plus authentique que celle de nos terrains de camping... L'accueil est néanmoins très chaleureux."


"La circulation en forêt est rendue difficile par les nombreux franchissement de rivières. Quand il n'y a pas de pont, il faut faire appel au bac en réclamant l'aide des villageois. Lorsqu'il y en a un, il faut impérativement en vérifier l'état."


"L'ancienne piste des marchands d'esclaves n'a pas été fréquentée depuis bien longtemps. Des centaines de kilomètres à parcourir dans des conditions très difficiles : ornières, trous et autres pièges…"


"La traversée de la forêt nous réserve parfois de belles surprises : Notez sur la droite cette termitière de plusieurs mètres de hauteur !"


"Atmosphère d'un village Banda : Les tambours o­nt résonné toute la nuit, excluant un repos mérité dans notre case."


"L'état de la piste et les vibrations o­nt mis en défaut l'allumage : Il faut de solides connaissances mécaniques pour continuer à avancer."


"Ma rencontre avec une autre termitière a plié la barre de direction en pleine savane à Tiroungoulou. La randonnée est loin d'être terminée. Une faune exceptionnelle nous attend, en particulier des troupeaux d'Élans de Derby ; une grande antilope si rare que l'on n'en parle jamais."




Note : Reportage de Max




Cet article provient de Landmania
http://landmania.com/