Sur la route des Atlantes

A l'époque romaine, la croyance populaire situait l'Atlantide dans le massif du Hoggar. En 1971, lors d'un retour en France, Max décide de passer par le Sahara afin de découvrir le Tassili et ses extraordinaires peintures rupestres, vieilles de plus de six mille ans.





"Départ de Bamako fin juin, il fait déjà très chaud, mais ce n'est rien à côté de ce qui nous attend."






"Pique-nique improvisé sur la piste des Romains. La latérite, une poussière rouge locale, s'infiltre partout."






"Notre réserve d'eau n'est pas suffisante, il faut acheter une outre chez les Touaregs du Niger."






"Agadez est loin derrière nous : Quelle belle plage de sable ! Plusieurs centaines de kilomètres. Nous sommes absolument seuls dans cette immensité et il faut être très vigilant avec sa navigation."






"Seuls ? Pas vraiment. Nous rencontrons une 2CV qui, lors de son retour en France, profite de notre présence sécurisante pour s'associer à notre périple. Il est 11 heures, la pause est obligatoire car le sable devenu trop mou ne porte plus."






"La route des Atlantes entre le Hoggar et le Tassili nous oblige trop souvent à prendre la pelle ! "






"La traversée du Hoggar est un véritable plaisir. Quel spectacle ! Nous avons l'impression de parcourir une antique citadelle."






"Le sable devient mou, la chaleur est pénible. Notre Land s'échoue entre les dunes et Djanet est encore loin... Le relief original du Tassili est incomparable."






"De la vraie farine ! La progression est extrêmement difficile mais courage, l'oasis n'est pas loin."






"Le site de Jabbaren est majestueux. Pour prendre ce cliché, il a fallut escalader à pieds par 56° à l'ombre ! La cité d'Antinéa est proche."










Peintures rupestres du Tassili.


"Les peintures rupestres du Tassili en quantité incroyable. Six mille ans déjà, que de souvenirs..."



Note : Reportage de Max.




Cet article provient de Landmania
http://landmania.com/