Landmania
Accueil - Contactez-nous 
Mauritanie

Page: 2/4     (9760 lectures)   Format imprimable


26/10/02 : Après 719km de pistes, o­n retrouve un peu de goudron, en arrivant sur Zouérate, la cité du Fer. Hors des circuits touristiques, c'est pourtant la ville qui nous a laissé la meilleure impression. N'oubliez pas de passer vous faire inscrire au commissariat de police. o­n profite d'un bon repas à l'hôtel Osian, d'un dernier plein de gasoil et d'eau, et c'est parti pour 1000km en autonomie totale ! 7 jours de pur plaisir ! o­n visite, ou plutôt o­n se perd dans les mines à ciel ouvert ! Nos véhicules o­nt l'air de Twingo, face aux monstrueux camions du site. (Photo de gauche)
La piste retrouvée o­n file sur l'Erg Hammami. Ce soir au programme, bivouac dans les dunes et nouvelles réparations de la galerie qui semble vouloir finir sa vie ici. o­n décharge, o­n sangle, o­n croise les doigts, et ça repart ! Le relookage du Def semble plaire à Valentine, c'est l'essentiel !

27/10/02 : Cap sur Tourine, où seul, une ruine émerge des barcanes. Ces messieurs de l'IGN devraient revoir leur cartographie. Nos espoirs se portent à présent sur Tenoûmer, cratère météorique daté d'environ 2,5 millions d'années (entrée du cratère : 22°54,522N 010°24,588W). Pour y accéder quitter l'autoroute…
Ce site vaut à lui tout seul le détour ! (photo de droite)

Retour sur l'autoroute que nous croyons être une ancienne piste du Dakar. Valentine conduit. Un énorme camion arrive sur nous à pleine vitesse " tout est relatif… ". Appel de phare, coup de Klaxon, tant pis o­n s'arrête. La piste s'avère être le passage des contrebandiers de cigarettes, qui relie Zouérate à l'Algérie via le nord du Mali. Un peu intrigué de voir des touristes sur cet axe, ils nous invitent à boire le thé, et nous donnent des conseils pour la suite de notre périple. Ce sont des touaregs, après les caravanes de sel à dos de chameaux, ce sont des Marlboro et des Gitane qu'ils transportent sur leur gros Man 4x4. Superbe machine, autonomie de 2000l de gazole, "le rêve". L'un d'eux sort son téléphone par satellite et nous propose même d'appeler nos familles, y a plus d'Afrique!
Nous devons reprendre la route, le gros morceau nous attends, " l'Erg Makter ". C'est rien que du bonheur. A éviter si o­n aime la foule. Seuls quelques squelettes de chameaux troublent ce paysage vierge; pas causantes les bestioles ! La sécheresse a fait son travail. Les hommes sont partis au Sud avec leurs troupeaux.


29/10/02 : Nos sablages nous o­nt permis de trouver des pointes de flèches de lances ainsi que des poteries. Restons positif ! (Photo de gauche) Claudine est une championne à ce jeu là. Le paysage est superbe et varié; des dunes, du sable, aux milieux des dunes avec un peu de sable, et des dunes autour… la seule vraie difficulté a été de trouver le bon gassi; deux heures à tourner en rond. Rien que du bonheur je vous dis ! Le visco coupleur du ventilateur fait des siennes. Le ventilo ne ventile plus. Le visco ne couple plus. Le refroidissement ne refroidit plus. Tout ça par 40°c à l'ombre. Rien de grave donc, puisqu'il n'y a pas d'ombre !!
Le Def chauffe, un comble pour un 200 Tdi. Je le menace de l'échanger contre un Toyota, s'il pète son joint de culasse! Les menaces, ça marche toujours… Les 180km de l'erg MAKTER sont avalés à vitesse réduite, mais sans autre souci. Ce soir o­n s'ouvre une bouteille de pif, Valentine fait la galette dans le sable, et douche pour tout le monde, il faut fêter ça !

30/10/02 : Prochaine étape, le fort Ghallâouîya, pas de chance, les militaires y o­nt établis leur campement. Michel et moi, faisons le plein d'eau, tandis que Valentine et Claudine en profitent pour photographier discrètement le fort.
(Photo de droite)
Précédent Précédent (1/4)    Suivant (3/4) Suivant

[ Retour Reportages | Index des Rubriques ]
Accueil - Contactez-nous