Landmania
Accueil - Contactez-nous 
Apyworld - Carnets de voyages

Page: 1/3     (6450 lectures)   Format imprimable

Une envie de découvrir le monde, de provoquer des rencontres et de partager cette aventure. 12 mois de préparatifs, 14 mois de voyage entre l’Amérique du sud et l’Asie du sud-est en Land Rover. Un tour du monde, oui mais pas seulement. Le souhait d’apporter à des enfants une ouverture d’esprit sur les autres, leur montrer les différences culturelles et de mode de vie d’autres enfants, écoliers à l’autre bout du monde. Tout un programme pour Pierre-Yves et Ariane...

Quelques extraits de notre carnet de voyage en Argentine, en Bolivie et en Iran...

Argentine - Sur la route vers la Terre de Feu
(27 octobre 2005)
Après la Péninsule Valdès, nous avons partagé un moment extraordinaire et inoubliable avec les centaines, voire les milliers (un million soi-disant !) de pingouins de Punta Tombo : coucher de soleil insolite sous les chants de ces petits pingouins pas farouches et nuit magique, seuls dans cette réserve naturelle où les gardes nous ont autorisés à dormir. La route vers Punta Tombo nous aura valu notre première crevaison… hé oui, il fallait bien commencer un jour : 30 mn d'exercice sur le bord d'une piste poussiéreuse et ventée pour ce changement de roue. Autre instant d'exception : dans une estancia (ferme), nous avons été invités à assister à la tonte du début du printemps des moutons de Patagonie. (...) 1 000 km nous séparent alors d'Ushuaia… (...) Nous partons par les pistes vers La Terre de Feu, traversons le Détroit de Magellan par le bac… et découvrons les pistes chiliennes. Le paysage a changé, les routes sont sinueuses et vallonnées… mais encore et toujours des moutons. La pampa et ses grandes étendues de terres a laissé la place à une steppe aride. La température continue de descendre la nuit mais le soleil chauffe toujours de plus en plus fort en journée. Les montagnes pointent leur nez à l'horizon, le temps est au grand beau et c'est dans ces conditions, par une superbe piste, que nous arrivons au bout du monde, Ushuaia est là, sous nos yeux, sous nos pieds, on croit rêver…

Ushuaia S 54°40.541' W 068°34.895' (29 octobre 2005)

" El fin del Mundo, el principio de todo " c'est la devise de cette ville du bout du monde ! Ushuaia : 4 jours de grand ciel bleu, 1 jour de gris et pluie, le climat n'est pas si rude que ça finalement. Nous sommes surpris de découvrir une ville de 60 000 habitants qui ressemble étrangement à une station de ski au niveau de la mer, avec des sommets blancs et des maisons colorées en tôle ou en bois. Visites du Bagne, de l'Aquarium, du Musée du Bout du Monde, du Parc National de Terre de Feu… L'eau du Canal de Beagle, qui borde la ville, est étonnamment calme (...) Nous ne sommes pas tout seuls pour découvrir cet endroit si insolite, avec son phare rouge et blanc " Les Éclaireurs ", les montagnes enneigées qui nous entourent, les lions de mer et les cormorans royaux tout près de nous…(...) Nous savourons le plaisir d'être au bout du monde, sensation particulière de savoir que notre voyage n'ira pas plus loin… dans cette direction.

Bolivie - Le Salar d'Uyuni (19 février 2006)

Sans doute l'un des plus beaux endroits que nous aurons le plaisir de découvrir durant notre voyage… C'est le désert de sel le plus grand du monde. Il est actuellement recouvert d'une fine couche d'eau (saison des pluies) et nous avons l'impression de naviguer sur un lac en voiture. Nous hésitons à nous lancer avec Apyland sur ce salar, la corrosion étant très importante, les agences de voyage nous le déconseillent. Nous prenons plusieurs avis et nous nous lançons finalement en fin d'après midi. La piste nous mène au centre d'une étendue d'eau, les montagnes, le ciel et les nuages se reflètent à sa surface, le temps est au beau fixe. Nous sommes impressionnés par ce paysage grandiose mais aussi inquiets de pénétrer cette eau plus profonde que nous ne le pensions. Nous sondons avec les pieds, plus de 15-20 cm d'eau et le fond a bien l'air meuble. Nous sortons le GPS et nous apprêtons à vivre la plus haute navigation de notre vie.
Attention, cap au 270, on enclenche la première et c'est parti. Nous voilà sur l'eau, nous apercevons des pyramides de sel, et le salar à perte de vue. Notre sillage est bien droit, à bâbord des montagnes, à tribord des montagnes et droit devant, l'horizon. Nous arrivons après une courte traversée à l'Hôtel de Sel où nous passerons la nuit. Un hôtel construit en briques de sel, sans grand confort mais tellement insolite. Nous apprécions de vivre ce coucher de soleil, seuls au milieu de ce lieu magique, et partageons le dîner avec quatre jeunes Japonais. L'hôtel est dépourvu d'eau et d'électricité. Nous passons la soirée à la bougie et allons nous coucher dans des draps… pleins de sel. Lever du soleil, avant l'arrivée des groupes en 4x4... Le salar est d'un blanc éblouissant. Nous avalons notre petit-déjeuner et partons sur le salar, toujours vers l'Ouest. Nous ne pourrons malheureusement pas aller bien loin, sur la Isla del Pescador. Le salar est trop inondé en ce moment et le passage serait périlleux, voire impossible. Nous revenons sur nos pas et regagnons le continent, la piste et la ville d'Uyuni. Le lavage de la voiture est nécessaire, elle est totalement recouverte de sel, le châssis est tout blanc et de drôles de bruits nous laissent croire que le sel a pénétré tous les recoins. Deux jeunes nous proposent un nettoyage très haute pression du châssis et un " fumigador ". Il s'agit d'asperger entièrement le dessous de la voiture avec de l'huile de vidange afin d'éviter toute corrosion.
   Suivant (2/3) Suivant

[ Retour Reportages | Index des Rubriques ]
Accueil - Contactez-nous